Mission février 2007

M-L Aymard : pédiatre. J-P Gaitz et B. Kuhn : dermatologues.

Accueil du site > Nos Missions > Cambodge > Mission février 2007

Notre mission d’une durée de 12 jours s’est déroulée dans trois sites et une extension :

  • un dispensaire de l’aide à l’enfance réfugiée (AER ), à une heure de piste à l’est de Sisophon, desservant une communauté de 11 villages
  • à Phnom Penh (PP), dans les locaux de L’ASPECA (Enfants d’Asie) avec le Dr So Thi Kun et à l’hopital Préah Kossamak dans le service de dermatologie du Dr Si Tak
  • dans l’orphelinat de Préah Vihear récement confié par le gouvernement à l’ASPECA
  • enfin je suis allé visiter et consulter dans l’orphelinat (ASPECA) de Takeo, ainsi qu’à la Pagode de Takeo où une trentaine d’enfants sont confiés à une communauté de bonzes.

Nos objectifs étaient triples :

  1. Dépistage, prévention, vaccination et soins.
  2. Formation théorique et pratique du personnel paramédical.
  3. Contacts et FMC dans le cadre du DU de dermatologie.

Dispensaire de l’aide à l’enfance réfugiée

La première partie se passe dans un dispensaire de l’AER en principe ouvert uniquement les
samedi et dimanche et tenu par deux infirmiers et un chef de centre. Nous étions aidés par une
interpréte, le chef du centre et un infirmier, l’autre infirmier étant en réunion de formation.

Nous avons commencé par ranger la pharmacie : destruction des médicaments périmés, suppression
des médicaments dangereux (devant impérativement étre prescrits par un medecin), puis tri des
produits par groupes de pathologie : antibiotiques, antalgiques de niveau 1 et 2, le niveau 3 (opiacés) étant ramené à PP, pathologie digestive, anti-histaminique, fer et vitamines etc.

Ensuite introduction du carnet de santé sur le modèle de celui de l’ASPECA (qs 1).

Enfin nous avons consulté pendant 3 jours en 2 salles de consultation : une de pédiatrie (Marie-
Laurence et l’interprète) et une de médecine générale et dermatologie (Béatrice,le responsable du
centre et moi)

Nous avons vu peu de dermatologie, (principalement des prurigos, des lichénifications, des
pédiculoses du cuir chevelu et une infection du lobe de l’oreille aprés perçage et pose d’un ’corps
étranger’ épine ou clou !!) et étonament peu de gale (rôle des missions antérieures ?).

Nous avons par contre eu beaucoup de médecine générale :anémie, tachycardie, souffles cardiaques, goître compressif, otites chroniques avec une perforation tympanique et une suspiçion de
choléstéatome, quelques suspiçions de tuberculose, beaucoup de toux « allergiques » (sans fiévre ni
foyer pulmonaire) et une très probable intoxication médicamenteuse chez un bébé traité pour une
épilepsie, que nous avons été revoir le lendemain à son domicile.

Pendant ces consultation il faut noter :

  • l’intéret du « livre de Béatrice » avec en particulier les
    symptomes typiquement cambodgiens (STC), qui ont étés un trés fréquent motif de consultation et l’occasion pour nous d’expliquer l’effet placebo.
  • La fréquence des consultation motivées uniquement par la distribution gratuite de médicaments.
    Nous avons aussi eu une réunion, peu satisfaisante, avec les matrones, (en effet elles ne s’occupent des nouveaux-nés que durant les 7 premiers jours de vie) ainsi qu’une réunion avec les medecins du district , le directeur de l’hopital et le responsable de la santé du district de Preah Net Preah.

Il ressort de cette réunion les choses suivantes :

  • L’importance d’éliminer les médicaments périmés ou dont le délai de péremption est trop court.
  • La necessité de n’utiliser que des médicaments faisant parti de la pharmacopée officielle cambodgienne(QS Liste ).
  • L’intéret d’une liaison directe par radio entre le dispensaire et les médecins de l’hopital de district. Ce matériel de radio étant pour l’instant inutilisable.
  • Enfin le mode de distribution actuel des médicaments,ceux ci étant fournis gratuitement (?) par l’hôpital quand ils en ont, dans le cas contraire une ordonnance est faite et les patients doivent acheter leur traitement dans les pharmacies privées.
    En conclusion de cette premiere partie, nous pensons que l’introduction d’un carnet de santé
    complémentaire de l’actuel carnet de santé cambodgien qui ne comporte que les vaccinations est
    très positive. Que la santé ne semble pas une préoccupation prioritaire chez les patients que nous avons rencontrés, ce qui est un frein à la mise en place d’un autofinancement du dispensaire. Il faut insister sur les particularités et la fréquence des STC et en informer les missions ultérieures.

Enfin deux autres points nous semblent importants :

  • L’alimentation diversifiée avec un apport particulier en fer et en vitamines (viande, légumes en particulier lentilles, fruits, en raison de la fréquence des anémies en particulier chez les jeunes femmes
  • L’hygiene bucco dentaire, ce probleme étant aggravé par l’habitude de croquer des coquillages. Il existerait peut étre un intérêt a la supplémentation systématique en fluor.


La deuxième partie de notre mission se situe à Phnom Phen

  1. Consultation des quelques problemes dermatologiques que souhaite nous montrer le Dr
    Sothikun,medecin de l’ASPECA. Une onycholyse post-traumatique, éventuellement associée à une onychomycose. Une onycholyse post-périonyxis. Un très probable lichen plan, sans atteinte buccale, pour lequel nous proposons une corticothérapie par voie générale aprés déparasitage systématique au mébendazole.
  2. Discussion avec le Dr christophe Bendik sur l’enseignement de la dermatologie au Cambodge et controverse sur l’utilisation exclusive de la langue anglaise. Le Dr Bendik nous informe aussi des progrés de la télémedecine,en particuler dans le cadre de la dermatologie et de l’anatomopathologie dermatologique. Il semble que les dermatologues et les anatomopathologiste français n’y participent actuellement que très peu.
  3. Discussion avec le Dr Sitak et participation à sa consultation à l’hôpital Préah Kossamak : beaucoup d’acné cortisonique, les dermocorticoides sont en vente libre et très utilisés comme dépigmentant (le teint pâle signifie qu’on ne travaille pas dans les champs,différence entre les Khmers « noirs » et les Khmers « blancs »). Fréquence des prurigos et des lichénifications en particulier au niveau des membres inférieurs,peut-être aggravés par l’absence de chaussures. Un psoriasis sévère traité par methotrexate à 15 mg par jour.

L’orphelinat de Préah Vihéar

Enfin la derniere partie de notre mission se passe dans l’orphelinat de Préah Vihéar, dans la ville de
Thbeng Mean Chey, trois heures de piste au nord de Kampong Thom.

Nous débutons par le rangement de la pharmacie, puis test tuberculinique pour les 36 enfants et la
moitié des membres du personnel (nous n’avions plus de doses de tuberculine). Ensuite examen
systématique y compris de la vue et les tympans et nous débutons le remplissage de leur carnet de
santé. Enfin lecture des tests à 48 H, nous vaccinons 29 enfants (nous n’avions d’ailleurs que 30
doses).

Parmi ces enfants en moyenne en bon état général hormis les dents et les tympans, nous voyons
particulièrement une jeune fille ayant une ichtyose lamellaire déjà connue et traitée par étrétinate 10
mg par jour, pour laquelle il faudrait fournir le médicament. Nous allons faire une lettre type pour
nos 120 collègues de notre association de FMC, l’ASFORMED, afin qu’ils demandent au laboratoire Roche leur « dotation annuelle en Soriatane).

Nous voyons aussi une très probable sclérodermie en coup de sabre que nous allons prendre en
charge pour son évaluation et son traitement. Il est à noter que le Dr Sitak a qui nous avons exposé le cas propose un traitement par Methotrexate. Parmi les « mamans », c’est à dire les femmes en charge d’un groupe d’enfants, l’une d’entre elles nous semble particulièrement vive et interessée et pourrait facilement être formée pour devenir une auxilliaire de santé.

Enfin je suis allé avec Mme Kim Lang directrice de l’ASPECA au Cambodge et Fanny,visiter l’orphelinat de Takéo où j’ai vu une jeune fille de 12 ans ayant des épistaxis, la tension étant normale j’ai demandé une consultation Orl. J’ai en outre examiné une jeune fille d’environ 7 ans très opposante et considérée comme ayant un très gros retard mental. A l’examen clinique (difficile), j’ai évoqué la possibilité d’un déficit visuel et auditif aggravant son état. J’ai donc demandé un examen OPH et ORL. L’examen OPH pratiqué avant notre départ montrait une cataracte congénitale.

Puis nous avons été a la pagode de Takeo voir les 30 enfants confiés à la communauté de bonzes. Les enfants sont là aussi bien nourris, mais d’une hygiene beaucoup moins bonne. Enfin 3 enfants sont séropositifs et sont en principe suivis 1 fois par mois et traités par le dispensaire local
de MSF.

En conclusion cette mission courte mais bien remplie n’a quasiment pas permis de faire de formation du type de celle qu’avait réalisé Antoine Mahé au Mali.

Les activités de soins ont comme toujours été ponctuelles, par contre la mise en place du carnet de santé dans les dispensaires del’AER est très positive. La continuation du DU de dermatologie semble dépendre principalement du renouvellement du contrat de Christophe Bendik et l’association des dermatologues français a ce DU est incertaine.

Pour l’avenir nous pensons qu’il existe dans la télémedecine une réelle opportunité à saisir.

Jean Pierre GAITZ