MISSION 2013 Fev/Mars Anne-Marie FAUVEL GAUBERTI

Accueil du site > Nos Missions > Burkina Faso > MISSION 2013 Fev/Mars Anne-Marie FAUVEL GAUBERTI

MISSION Février/Mars 2013 Dr Anne-Marie FAUVEL GAUBERTI

Je suis retournée au Burkina Faso pour continuer les sessions de formation des auxiliaires de santé (ADS). Nous en sommes à la 7e session ; j’ai pu assurer avec les dermatologues Burkinabés, trois formations de 26, puis 17, puis 20 « étudiants »

Les événements du Mali n’ont pas paru modifier les habitudes des Burkinabés ; en apparence au moins tout était calme. C’était la semaine du Festival du cinéma Pan Africain (Fespaco ) qui attire des étrangers. Tout s’est déroulé sans problèmes. Il y avait cependant une protection militaire musclée. Et à l’aéroport un contrôle minutieux des arrivants et partant avec empreintes digitales et fouille.
Par précaution, je suis restée dans la capitale.

Pour cette session, j’étais seule comme l’année passée. La dermatologue qui devait m’accompagner s’est décommandée au dernier moment...

Les formations se sont bien passées malgré des imprévus de dernière minute ; les « infirmiers » sont toujours intéressés et studieux.

Depuis la 6e Session (en Déc 12 avec Nicole Jouan) , nous avons commencé à faire un test « pré et post formation » doublement intéressant :
cela consiste à présenter une 10 aine de diapo avec des photos que l’on retrouve ensuite dans le diaporama de formation et à demander le diagnostic (ou description) envisagés, (sans stresser les participants !)
Outre l’information concernant les ADS cela nous permet aussi de revoir Notre enseignement, d’éclairer ou recadrer les choses... Il faut noter que l’auditoire est de niveau très différent ; cela va
de la 3e (AIS) à Bac +2 ou 3 ou 7 (MG parfois) !
Nous devons aussi réfléchir à des demandes qui débordent le cadre initialement prévu dans la formation. Les organigrammes restent la base essentielle de cette courte mais dense journée de formation.
Il reste toujours le souci de la validation de ce projet. Nous avions fait des enquêtes préalables (sur le terrain), essentiellement à Ouagadougou ; mais cela ne suffit pas et nous devons continuer ailleurs ; il est envisagé de demander ce travail à des étudiants en dermatologie d’autant que maintenant la spécialité peut se faire au BF. Cependant cela reste difficile car quand nous ne sommes pas sur place ...rien ne bouge ou des initiatives sont prises qui ne sont pas coordonnées.

Pour cette « mission » il y a eu beaucoup d’imprévus ; il est difficile d’établir un planning de présence des dermatologues burkinabés pour les vacations car ils sont sollicités pour différentes tâches avec de très brefs préavis ; faire passer des examens, accueillir des étudiants stagiaires , remplacer un « chef » pour un cours …).et nous ne sommes pas prioritaires !
Le planning s’est fait au jour le jour !
J’ai eu également des problèmes de cartes bancaires impossible à démêler sur place ; nous sommes en Afrique …Cette année j’étais hébergée par le Dr Nina Korsaga qui nous a bien aidée ; je l’en remercie encore. Le Dr Georges Diatto (photo à droite) est toujours fidèle au poste (il a aussi bien pris soin de ma bicyclette) et le Dr P Tapsoba a finalement pu assurer une des vacations.

Actuellement, nous ne faisons « que » 2 sessions par an. Cependant avant d’envisager une autre session (?), nous avons à revoir le financement des formations car les fonds provenant du Conseil Régional de Brest ne peuvent servir à des frais « de fonctionnement ». La Mairie de Brest participe encore cette année ...Les laboratoires très peu et de moins en moins.Il reste vos cotisations, alors merci de les renouveler !
Toutes les idées sont bienvenues !

Nous avons prévu une réunion du bureau de FASODERM à Brest en Mai pour discuter de tout cela.

Par ailleurs, j’ai ramené (comme les autres fois) des biopsies cutanées que le Dr Gilles Lemasson lit gracieusement. (merci à lui)
Le Dr Diatto doit faire le bilan des auxiliaires de santé de Ouaga formés depuis le démarrage en 2010.

NB :Il reste environ 40 livrets de formation en principe chez Le Dr P Tapsoba.

PS : Comme option culturelle, je vous recommande, s’il passe en France, d’aller voir le film Burkinabé « moi, Zaphira » 2012 , primé au Festival Pan Africain 2013 de Ouagadougou.
Couleur locale !

Annexes :

1) Voir : Programme d’une journée de formation

2) Planning des médecins participants fev/mars 13

3) Conseils pratiques pour venir au BF (en cours)
visa
vaccins /protection palu
billets avion
hébergement