Mission 2010, Dr Dominique CHARLEUX

Compte rendu du séjour au Bénin, hôpital Saint Jean de Dieu de Tanguiéta

Accueil du site > Nos Missions > Bénin > Mission 2010, Dr Dominique CHARLEUX
JPEG - 146.2 ko
L’équipe médicale

1)Motif du séjour : 

Invitation pendant l’année 2009-2010 par un médecin béninois en séjour à Paris qui suivait le même cursus que moi : DIU de Santé Internationale et Pathologie Tropicale, sa proposition : faire des consultations et former en dermatologie les médecins travaillant au centre hospitalier.

2)Lieu du séjour : Tanguiéta

C’est le Bénin profond, au nord ouest du pays.
on arrive à Cotonou en avion, on doit se débrouiller seul à l’arrivée à l’aéroport, on dort à Cotonou soit dans un hôtel soit chez les sœurs Notre dame des Apôtres .
Au petit matin , 6h30, il faut aller en taxi à la place de l’étoile rouge lieu de départ des bus et se préparer à un voyage de 8 à 10 h en bus climatisé choisir les bus ATT ( les seuls climatisés et les plus récents), on peut réserver la veille sa place. Prévoir boisson et nourriture ou en acheter lors des haltes, 15 minutes toutes les 2 heures tout au long du trajet , on traverse tout le pays. Le voyage est un peu fatigant du fait de l’enchaînement avec le voyage en avion précédent.

3)L’hôpital : 

C’est un hôpital privé, financé par un ordre religieux, c’est une très grosse structure, le plus grand hôpital du Bénin et sans doute un des plus grand hôpital d’Afrique de l’ouest.

Les soignants sont africains, un seul médecin européen permanent : c’est le médecin directeur un chirurgien le frère Florent ou Dr JB Priuli. Ils ont de nombreux accords avec des hôpitaux suisses ou italiens et accueillent en permanence des stagiaires infirmiers etc … et des « missions » : chirurgie orthopédique , ORL etc . Ce sont souvent au fil des années les mêmes médecins spécialistes qui reviennent à dates fixes pour des séjours de 2 semaines à 3 mois, ce qui permet aux médecins de l’hôpital de programmer les patients par exemple pour les PTH, ou la chirurgie des fistules.
Il existe environ 50 lits de maternité, 90 lits de pédiatrie, 60 de médecine, 60 de chirurgie. A côté de l’hôpital il existe un lieu appelé le campement où poursuivent leur séjour les patients qui ne nécessitent plus une prise en charge importante.

Les jours de consultations sont les lundi, mercredi et vendredi.
il existe bien sûr un accueil d’urgence 24h/24. Les jours de consultation il y a foule, les patients viennent de tout le pays voir des pays voisins.
Le bloc est aux normes européennes avec 2 tables d’opération côte à côte et il fonctionne de 8h à minuit…

Il existe une réunion de staff médical le vendredi matin à 8h15 pour tous les médecins, si un intervenant extérieur fait un cours ou une information le jour choisi est plutôt le mardi après 17h.
Les médecins travaillent du lundi au samedi et participent tous au tour de garde pour nuits et WE.

La pharmacie est aux normes , réfrigération , stock etc mais n’est pas tenue par un pharmacien mais par un médecin anesthésiste qui a des aides, c’est un point à améliorer. Comme toujours en Afrique il y a des problèmes d’approvisionnement.

Un dispensaire est rattaché à cet établissement , à Porga, à 60 km au nord, à la frontière avec le Burkina Fasso, un médecin de l’établissement s’y rend le vendredi.

4)Hébergement

Une petite maison est réservée aux médecins, une autre aux soignants : IDE, sage femme en séjour. Petit-déjeuner à 7h30, le soir tout le monde mange ensemble, tablée européenne multilingue, à midi c’est selon l’heure à laquelle on finit de travailler mais on a généralement un ou 2 compagnons de déjeuner.
Les repas sont simples, l’eau est filtrée.

Le soir bavardages dans la cour, sortie pour boire un verre à Tanguiéta, aller au magasin internet, l’hôpital est au centre de cette très petite ville.

5 ) Dermatologie

L’hôpital tourne énormément et les médecins sont surchargés de travail, la place du dermatologue n’est pas facile à trouver.

Un affichage est effectué 15 jours à 3 semaines avant l’arrivée de la mission de dermatologie mais il faut l’adhésion de l’équipe médicale pour sélectionner les consultants. Lors de mon séjour je suis malheureusement arrivée 2 à 3 mois après d’autres dermatologues qui n’avaient pas été appréciés et je n’étais pas très attendue.

Après quelques jours nous nous sommes bien entendus mais il faut se préparer au fait qu’il n’y a pas d’accueil spécifique et que c’est à nous d’aller à la rencontre , de monter notre utilité et d’être disponible.
La connaissance que j’ai maintenant du fonctionnement de la structure va favoriser l’intégration.

Pour nous il y a un intérêt à suivre au moins une fois la visite du matin en pédiatrie, médecine et chirurgie, cela permet de bien faire connaissance avec les équipes. Ce sont les médecins de médecine qui sont les plus demandeurs en matière de dermatologie. Il faut aller au staff bien sûr, il faut également aller au dispensaire de Porga et pour ceux qui s’intéressent aux plaies comme moi, il y a pansements en chirurgie pédiatrique ( les cas sont terribles), en chirurgie et au dispensaire (zone dans les consultations pour les patients en post hospitalisation).

Nous consultons avec une aide comme interprêtre et pour nous familiariser avec le systême de bons de consultation et les dossiers patients.
Il n’est pas forcément utile de consulter tous les jours mais il faut faire noter son numéro de téléphone béninois (carte sim ATM et téléphone débloqué avant le séjour) aux médecins et au sein de chaque service pour être appelé s’ils souhaitent notre avis.

À l’issue du séjour les médecins ont, au staff, exprimé le souhait que notre association s’organise pour 3 ou 4 séjours de dermatologue de 10 à 15 jours répartis dans l’année à dates fixes pour qu’ils s’habituent aux périodes où l’on saura que l’hôpital dispose d’un dermatologue et prévoient les consultants. Ils souhaitent des médecins qui connaissent la dermatologie sur peau noire et soient prêts à leur faire 1 petit topo dont le thême peut être défini avant le séjour, en communiquant à l’avance par mail.

Il faut savoir que l’on est très fatigué les 2 premiers jours après le voyage et que le retour est un périple identique, ne pas prévoir donc un emploi du temps trop serré. Il faut prendre conscience que l’hôpital est grand et le personnel nombreux , il est plus difficile là de créer les liens. Pour ma part il m’a fallu 10 jours pour identifier tous les médecins etc et 8 jours pour trouver ma place mais je partais dans l’inconnu.

Nous avons essayé avec un pharmacien italien présent là-bas pour un an Gianmario de lister les produits de dermatologie en préparation magistrales faisables sur place, il y a en effet une herboristerie. Je vais revoir avec lui prochainement si cela se poursuit, entendu que les médecins ont eu un petit topo sur les produits utiles dans les indications de pathologies dermatologiques courantes, ils ont sur ordi le power point correspondant.
Il est conseillé de venir avec son ordinateur portable si on en a un et si l’on souhaite faire un peu de travail sur Word ou Power Point , l’accès à un ordi est possible mais nécessite une gymnastique de clés…. Et si l’on veut classer ses photos.

Il est souhaitable d’apporter des produits utiles en dermatologie : crèmes antimycosiques, corticoïdes…

C’est une magnifique expérience au bout du monde, au plus près des africains avec toutes leurs souffrances, la lourdeur des pathologies : dénutrition, paludismes graves , Sida, plaies ouvertes ++ par AVP à tout âge, péritonites perforées, morsures de serpent…. Il faut se préparer à un séjour éprouvant devant autant de misère mais admirer l’œuvre réalisé d’un hôpital très performant tenu par des africains pour des africains qui sont heureux et reconnaissant que l’on viennent les aider à s’organiser et à s’améliorer.